• Argenterie - Les poinçons


    POINCONS D’ARGENT FRANÇAIS

    Les poinçons permettent de contrôler le métal, le travail et les taxes.

     

    Poinçons XVIIIe (1260 ou 1560 - 1791) :

    • Jurande = communauté d’orfèvres = poinçon permettant de repérer certaines régions, change chaque année sur 23 ans à lettre date = lettre couronnée (ouverte) seule ou avec une image symbole ou des lettre représentant la ville. Permet le contrôle du titre 950/1000e (tolérance du titre : 2 grains de remède, si titre mauvais à on brisait la pièce).
    • Maître orfèvre (Paris à tous les éléments).
      • Couronne ouverte, fleur de lys entre 2 grains de remède, initiales du maître avec au milieu un différent (symbole). Pas dans un cadre géométrique.
      • Pour province : on peut avoir : couronne ouverte, symbole ou image de la ville et initiales…
    • Ville (avant 1675) puis poinçons de marque : charge et décharge = taxe acquittée. Poinçon avec une écriture stylistique différente tous les 6 ans. Décharge = taxe payée, l’objet est terminé et ne doit pas être modifié. Poinçon tête de Minerve… = recenses, permet à l’état de toucher d’autres taxes.
    • Charge = lettre correspond à une ville sous une couronne fermée. Ex : A à Paris.
    • Décharge = tête d’animal, petit objet… sans couronne. Insculpé une fois la pièce finie donc pas de déformations du poinçon. Il peut manquer en province.

     

    En 1797, la loi Brumaire est votée et s’applique en 1798 jusqu’à nos jours. L’orfèvre applique les 2 poinçons : de maître et d’état.

    Poinçons XIXe :

    • Maître orfèvre : pas de poinçon de 1791-98, après initiales avec un différent dans un losange vertical ou horizontal à géométrique.
    • Poinçon de titre et garantie :
      • 1798-1809 :
        • Poinçon pour titre = coq dans un cadre simple avec 1 ou 2 (950 ou 800 /1000e).
        • Poinçon de garantie = charge – décharge. Indique le lieu, bureau de garantie où a été fabriqué l’objet. Tête d’homme avec un numéro (ex : 85 à Paris).
      • 1809-19 :
        • Poinçon pour le titre = coq dans un cadre double listel avec 1 ou 2 (titre).
        • Poinçon de garantie : tête de guerrier ou d’homme de profil avec numéro du bureau de garantie.
      • 1819-38 :
        • Poinçon pour le titre = 2 poinçons de titre pour Paris et 2 autres pour les départements.
        • Poinçon de garantie : Paris à tête de Cérès dans un rond et Provinces à tête d’Hercule dans un ovale avec numéro du bureau de garantie.
      • Après 1838 :
        • Poinçon de garantie : (Titre 925/1000e en 1972).
        • Gros ouvrages : tête de Minerve dans cadre à pans coupés à titre 1 et dans un tonneau à 2. Lla Minerve représente 2 choses à la fois : le titre et la taxe.
        • Menus ouvrages : 1838-1961 à tête de sanglier puis 1961-nos jours à crabe. Ouvrages exportés : tête de mercure, obus ou tête de lièvre.

    Note : contremarque = trace au dos de la marque. 

      

    Depuis le XVIIIe siècle, le métal argenté est poinçonné de forme carrée, sur pointe, i.e. un carré en hauteur pour le méprendre avec un losange pour l’argent.

     

    Communauté d’orfèvres / jurande / maison commune / lettre date. Jurande : assemblée des maîtres, compagnons et apprentis soumis aux mêmes règles et géré par les mêmes gardes ou leurs pères. 1260 : 1er statut, séparation des orfèvres des hanapiés, monnayeurs, dinandiers à création de la communauté pour se protéger. Jurande rattachée à une ville.  Après 1379 : on a un livre des métiers dans les jurandes. 1791 (voir 1797) : abolitions des corporations. Plus de contrôle, titre légale 950/1000e. Statut de la communauté, Paris, provinces : Jurés et jurés-gardes à contrôles internes, vérifient le respect de la législation (titre). Institution d’un poinçon pour la faire vivre, taxe sur les objets vendus. Une jurande est propre à une ville, regroupe 5-6 orfèvres et  peut avoir plusieurs jurandes.

    Maître-orfèvres : Poinçon = signature de la pièce. Obligations : exercer dans une ville où il y a une communauté ou un pouvoir judiciaire suffisant. On a des quartiers à respecter dans les villes (à cause des incendies avec la forge). Devoirs : pas de travail mixte du métal, avoir une balance juste, annoncer le prix du métal et de la façon séparément, tenir des livres des objets créés et 1 visite par mois de la jurande. Au XIVe et avant, on ne trouve qu'un poinçon de Maître-orfèvre, qui reflètera parfois la ville de production. Un poinçon de maître de forme circulaire est typique du XIVe siècle et avant. Un poinçon de maître parisien comporte une fleur de lys couronné + grain de remède. Attention : les objets de style XVIIe (Louis XIV) ont été copiés jusqu’à la fin du XVIIIesiècle.

     

    Catégories d’orfèvres :

    • Orfèvres privilégiés par lettre ou édit royale = monté un atelier devant un monument (St Germain, Cour du temple, Gobelins…). Pas de travail de nuit.
    • Maîtres-abonnés = orfèvres en province à 15 km d’une jurande, poinçon déposé aux fermiers généraux. Taxes payées au forfait à poinçon de maître appliqué 3 fois sur la pièce.
    • Orfèvre du roi ou relié à la cour = suivent la cour, lié à Paris : réparations, entretiens, petits objets.
    • Orfèvres du roi sur Paris  = les plus pièces, grands maîtres : Biénnais, Germain…
    • Poinçon de veuve = permet de continuer l’art et le commerce de l’orfèvrerie durant le veuvage = poinçon de maître mais avec un V en dessous. Supprimé en 1679.
    • Orfèvres des galeries du Louvre, aux Gobelins : régime, faveur intéressant.

    Charge et décharge : Un fermier général achète un droit pendant 6 ans, il supervise une région et récupère les taxes. Les poinçons de charge et décharge (poinçons de marque) apparaissent en 1672.